Mon premier mois sous sels de lithium

Il s’en est passé des choses en 2020 pour moi et sans parler du coronavirus, j’ai eu une rechute cette été après des mois difficile au travail (beaucoup d’heures sup’, patients relativement moins bien et bien sûr le virus) ce qui a entraîné une reprise en mi-temps thérapeutique pour la première fois mais surtout un changement drastique de traitement.
Pendant un temps, ma thyroïde faisait un peu n’importe quoi et il était impensable à ce moment là que je sois sous thymorégulateurs vu que mon taux sanguin n’était pas stable du tout. L’hypothyroïdie n’empêche en aucun cas de prendre ce traitement mais si hypothyroïdie il y a, traitement il faut derrière. Mais, pour je ne sais quelle raison, ma glande thyroïdienne s’est calmée, revenu dans les normes et finis les variations d’hormones et ce depuis 6 mois (vive la prise de sang tous les mois), avec l’accord de ma psychiatre j’ai donc décidé de faire le saut et d’essayer le téralithe (le nom de mon traitement).

Pourquoi « un saut »?
Les sels de lithium ont assez mauvaise réputation depuis son introduction dans les années 50 à cause de son seuil de toxicité mais à l’heure actuelle, vu le suivi sanguin, le risque de toxicité diminue. Mais l’effet indésirable qui me bloquait le plus, c’est les différentes alertes de dangerosité pour la fertilité et le développement fœtale (d’ailleurs, si vous avez le projet de concevoir un enfant je vous recommande fortement d’en parler avec votre médecin). A cause de ce dernier point, j’ai très très longtemps refusé de prendre ce traitement parce que, bon, à 20 ans, techniquement, je me disais que je voudrais peut-être des enfants et que j’allais pas m’amuser à diminuer mes chances d’être mère. Seulement voilà, après nombre de « rechute légère » autant dépressive que maniaque, je commence à fatiguer d’avoir ces loopings émotionnels, parce-que même si j’adore être hypomaniaque, mon corps aime beaucoup moins et mes états dépressifs sont réellement usant mentalement. Mon envie est donc de diminuer dans un premier temps ces cycles (qui sont assez rapides pour mon cas) et après leur intensité.

Qu’est-ce qui m’a convaincue de faire ce pas?
Même si j’avais lu partout que c’est un traitement assez efficace notamment pour les profils hypomaniaques, la peur des effets secondaires et la relative mauvaise réputation (qui date des années 50….mais ça je l’ai su plus tard) me bloquait énormément. J’avais donc besoin de constater les effets et de voir la qualité des personnes sous téralithe pour savoir si c’était si contraignant. Grâce à mon travail et l’adhésion à un groupe de soutien de personne bipolaire, j’ai pu constaté des effets assez bénéfiques et petit à petit l’idée à germer et j’en arrive à la conclusion que la balance bénéfice/risque a l’air plutôt favorable, alors pourquoi pas moi?
Je n’arrête pas de vous parler des effets secondaires, mais vous allez me dire, lesquels? Alors le plus évident et qui va avec à peu près tout traitement psychiatrique… la prise de poids, je suis déjà en obésité morbide, donc pas forcément bon. Ensuite, le deuxième qui m’inquiète même encore maintenant, ce sont les risques d’altération de la mémoire, je ne vais pas mentir, pour l’instant je ne ressens pas d’effet mais c’est un effet secondaire assez courant pour ceux prenant des sels de lithium donc je fais un peu plus attention. Après, les autres risques sont assez « classiques » mais avec des risques assez courant avec sur le plan digestifs des nausées, vertiges, vomissement, constipation, ceux souffrant de maux de tête de base, le traitement peut entraîner une augmentation des céphalées… Et j’en passe, la notice est assez longue. Qu’est-ce que j’ai constaté sur moi? De manière globale, j’ai l’apparition d’une légère sécheresse buccale mais pas insurmontable et de l’acné (joie bonheur…). Les premiers jours de prise, j’ai pris 3kg mais depuis j’ai perdu 2kg et mes crises d’hyperphagie sont beaucoup moins présentes, j’ai noté aussi quelques céphalées mais ça a duré très peu de temps et quelques tremblements mais pareil qui sont partis en quelques jours. A l’heure actuelle, hormis les deux premiers effet indésirables, je n’ai rien noté d’anormale.
Après, il faut savoir que lors du premier mois de prise, une fois par semaine il y a une prise de sang pour vérifier la lithiémie pour s’assurer d’être dans une zone thérapeutique et non toxique et aussi un suivi des hormones thyroïdiennes et un suivi de non toxicité pour les reins. J’ai aussi eu à faire deux ECGs, un avant le début du traitement et l’autre deux semaines après pour vérifier qu’il n’y a pas de modification « du courant électrique » au niveau du cœur (je simplifie volontairement pour que ce soit compréhensible par tous) et j’en aurai d’autres plus tard pour la même raison. Le suivi psychiatrique s’en est retrouvé assez renforcé avec une session par semaine (pour vérifier les résultats de mes bilans mais aussi surveiller l’apparition d’effets indésirables trop conséquents) et je dois remercier les téléconsultations qui ont rendus ça assez facile à gérer. Le suivi avec mon psychologue était déjà à une séance/semaine donc ce point n’a pas changé.

Qu’est-ce que j’ai remarqué?
Bonne nouvelle, je note déjà des effets positifs, j’arrive à plus me concentrer parce que je suis moins « envahit » de pensées et j’arrive à mieux organiser ma pensée, par conséquent, le truc assez cool c’est que j’arrive à mieux faire comprendre des autres lorsque j’ai un sujet difficile à aborder. Par exemple, mon suivi en psychothérapie a aussi été impacté positivement par le début du traitement où j’ai réussi à plus me livrer de manière moins anxiogène et me poser des petits challenges. Cette sensation assez étrange d’avoir un flux plus apaisé sans pour autant me retrouver extrêmement ralentit comme dans mes phases dépressives a permis d’être un peu moins fatiguée. La fatigue n’est pas pour autant totalement parti et sur ce point, je pense que cette fatigue sera toujours un peu là et c’est un effet que beaucoup de personnes m’ont décrit, je ne me berce donc pas d’illusion mais je note un léger mieux. Comme je l’ai dit plus haut, j’ai moins d’hyperphagie et même dans mes moments anxieux, j’ai pu plus facilement gérer et beaucoup moins céder à mes pulsions de remplissage en commandant des plats à emporter ou en faisant des achats compulsifs, par exemple. Si je résume ce premier mois, j’arrive plus à me centrer et me gérer émotionnellement et pour l’instant, je n’ai pas d’augmentation du dosage et je vais voir comment se passe le deuxième mois surtout en ces périodes de fêtes. Mais, il est vrai que j’ai eu un moment où j’étais beaucoup plus frustrée parce-que les effets ne sont pas aussi grandiose que je me l’étais imaginée, j’essaie donc de calmer mes attentes et de laisser un peu le temps faire son effet.

J’espère que ce petit retour vous a intéressé,

Prenez soin de vous
Nelly

Stay Positive All In This Together GIF by INTO ACTION

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s