Moi en double de Navie et Audrey Lainé

Synopsis: Peut-on bâtir son identité sur 127kg de mensonges? Faire croire que l’on s’aime fort comme on est, même si on est « hors norme ». Crier haut et fort qu’on est heureuse, que tout va bien dans le meilleur des mondes et qu’on a aucune fêlure. C’est très pratique d’avoir un double, d’ailleurs, un jour, on peut même décider de se retourner contre lui et de tout lui mettre sur le dos. Mais comment le tuer sans se tuer soi-même?

Ce roman graphique me fut donné par ma meilleure amie comme cadeau d’anniversaire, autant dire que quand j’ai lu le synopsis, j’étais perplexe voir même, offensée. M’offrir ça? C’est quoi le message là? Bien sûr, dès que ça touche le poids, je me monte le bourrichon toute seule, en une fraction de seconde. Mais, je me suis forcée à le lire, le soir même, parce que je connais ma meilleure amie et qu’il y avait sûrement quelque chose à en tirer voir à rendre quelques sentiments conscients.

D’ailleurs, Findus, si tu passes par là, je t’ai peut-être envoyé bouler très fort dans ma tête!

J’ai dévoré cet ouvrage et je l’ai relu au moins plusieurs fois encore après cette soirée. Malgré ma susceptibilité soudaine, j’ai bien fait de le lire. En réalité, je m’y reconnais dans mon combat contre l’obésité mais aussi, cette sorte de double personnalité qui vit en moi. Une pour affronter l’extérieure, outrepasser en apparence les commentaires en utilisant l’humour à outrance, mais éviter aussi, de passer pour quelqu’un de fragile qui pense trop ou qui analyse chaque attitude en cherchant le moyen de valider ce sentiment d’être nulle. Puis, il y a cet « autre moi » apeurée, se dévalorisant à chaque instant et qui justement anticipe les échecs, elle souffre en fond et est bien souvent solitaire. Lire cette dualité dans cette BD, en détails, m’a rendu beaucoup plus sensible à ce qu’il se passait avec moi et mes mécanismes de défense. Mais aussi, de remettre mon obsession alimentaire et pondérale à sa juste place et commencer à voir les problèmes qui sont liés à ma prise de poids constante depuis le collège.

Il faut avouer que le style graphique est simple, avec seulement deux couleurs utilisées, le rouge et le noir. La dualité dans toute sa splendeur tout le long de l’ouvrage. Mais, l’ensemble est percutant quand il faut et l’usage du rouge dans des dessins précis, rend l’image parfois mordante, suscitant horreur ou tristesse.
L’écriture est simple, Navie fait preuve d’une franchise et d’une honnêteté a toute épreuve et sur énormément de sujet comme la sexualité ou l’attention de l’entourage quand on perd du poids. Elle arrive à décrire avec justesse, des sentiments si profondément ancrés qu’on a tendance à les laisser tourner en fond sans se rendre compte des dégâts qu’ils font.

Définitivement, Moi en double, ne laisse pas indifférent et lorsqu’on est concerné par le sujet, ça fait du bien de lire, de voir transposé en images ce vécu intérieur. Je conseille à 100% ce titre, que ce soit pour ceux qui souffre d’obésité ou ceux qui veulent comprendre l’envers du décor de bon nombre de personnes obèse.

Prenez soin de vous,
Nelly

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s